Inondation

Risques Naturels

Inondation

Preparé par l’ECRP – Centre européen pour la prévention des risques (Sofia, Bulgarie) et le Comité éditorial

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on email

Une inondation se produit lorsque l’eau recouvre temporairement des terres qui ne sont généralement pas recouvertes d’eau.

Cela inclut les inondations causées par les cours d’eau (par exemple les rivières, les sources de montagne, les ruisseaux normalement secs) qui ne sont pas en mesure de faire face à un apport d’eau excessif.

La plupart de ces apports proviennent de pluies abondantes ou prolongées, mais d’autres sources (comme la fonte intensive de la glace/des glaciers, les marées côtières, les ondes de tempête ou les tsunamis) peuvent également entraîner des inondations. Le débordement des réseaux d’égouts n’est pas considéré comme une inondation. Les inondations sont une cause potentielle d’incidents et d’exodes de population, infligeant des dommages à l’environnement et perturbant gravement le développement économique.

On entend par « inondation » l’eau qui recouvre temporairement des terres qui ne sont généralement pas recouvertes d’eau. Cela inclut les inondations causées par les rivières, les cours d’eau de montagne et de Méditerranée qui sont normalement secs, la fonte intensive de la glace/des glaciers ainsi que l’inondation des zones côtières par la mer. Une inondation est principalement due à des pluies abondantes ou prolongées et peut avoir des effets importants sur la charge en eau des rivières, des ruisseaux et des canaux.

Un cours d’eau peut gonfler et déborder, c’est-à-dire rompre les berges, inondant ainsi les zones environnantes. Cependant, tous les cours d’eau n’apparaissent pas et ne se comportent pas de la même manière. Les torrents, par exemple, ne deviennent des rivières que lorsqu’il pleut beaucoup. Lorsque les précipitations diminuent, le niveau de l’eau peut baisser et laisser le lit de la rivière à sec.

Les inondations sont une cause potentielle d’incidents et d’exodes de population, infligeant des dommages à l’environnement et perturbant gravement le développement économique. En général, les inondations ont des effets plus graves dans les centres urbains. Bien que les inondations soient déclenchées par des phénomènes naturels qui ne peuvent être évités, leurs conséquences négatives peuvent être réduites.

On entend par « risque d’inondation » la combinaison d’une possible inondation et de potentielles conséquences négatives pour la santé humaine, l’environnement, le patrimoine culturel et l’activité économique liées aux inondations.

En fonction des causes sous-jacentes, les inondations peuvent généralement être divisées en trois groupes :

Premier groupe : les inondations causées par des pluies abondantes ou prolongées ou par la fonte intensive de la neige, de la glace ou des glaciers.

Deuxième groupe : les inondations causées par des vents violents. Elles se produisent le long des côtes maritimes et des tronçons de rivière se jetant dans la mer ;
Troisième groupe : les inondations causées par des séismes sous-marins et, plus rarement, l’éruption de volcans sous-marins ou insulaires. Les tremblements de terre et les éruptions sous-marines peuvent provoquer de grandes vagues (tsunamis) qui entraînent souvent des inondations côtières.

Les principaux types d’inondations se distinguent comme suit :

          – Inondations fluviales (crues des rivières)

Ces inondations se produisent autour des lits des rivières. Elles sont les plus fréquentes, avec plusieurs types de crues fluviales (voir 2.1).

          – Inondations causées par le drainage local ou le niveau élevé des eaux souterraines

Inondations causées par le drainage local ou le niveau élevé des eaux souterraines, inondations urbaines (Fig.2).

Ce type d’inondation est principalement causé par un mauvais entretien/contrôle des systèmes hydrauliques, ou par de mauvaises conditions dans les zones bâties. Les inondations de ce type détruisent les conditions de vie normales et causent des pertes économiques. Les fortes précipitations locales peuvent provoquer des inondations dans des zones autres que les plaines inondables délimitées ou le long de canaux de drainage reconnaissables.

Si les conditions locales ne permettent pas de faire face à des précipitations intenses par une combinaison d’infiltration et de ruissellement de surface, l’eau peut s’accumuler et causer des problèmes d’inondation. Les niveaux élevés des eaux souterraines peuvent être préoccupants et causer des problèmes même en l’absence d’inondation de surface. Les sous-sols sont susceptibles de connaître des niveaux élevés d’eaux souterraines.

–  Inondations causées par la fluctuation du niveau des lacs

Les inondations de ce type s’étendent généralement sur de vastes zones plates proches des côtes des lacs et durent longtemps. Le changement climatique influence la fréquence et l’étendue de ce type d’inondation car le cycle hydrologique est interrompu.

Le niveau de l’eau des lacs peut fluctuer à court terme, de façon saisonnière ou à long terme sur des périodes de plusieurs mois ou années. Les fortes pluies saisonnières peuvent provoquer l’élévation des niveaux des lacs pendant de courtes périodes, et la fonte peut entraîner l’élévation des niveaux au printemps. Les fluctuations à long terme sont un phénomène moins connu qui peut provoquer des crues et des inondations pendant des années, voire des décennies.

          – Les inondations côtières

Les inondations côtières combinées à d’autres types d’inondations (principalement fluviales) entraînent des inondations avec d’énormes pertes (voir 2.2).Le terme « inondation dévastatrice » est utilisé pour décrire n’importe laquelle des inondations susmentionnées qui causent de grandes pertes humaines et économiques.

      Les inondations fluviales comprennent :

 – Débordement d’un canal fluvial ou inondation d’une rivière

Ce type d’inondations est le plus fréquent. Elles sont causées par le débordement des berges lorsque la capacité de débit des rivières est dépassée localement. (Fig. 2.1 a)

Fig. 2.1 a – un journal relatant la crue du Danube en juin 2010 le long de la frontière entre la Moldavie et la Roumanie près de Galati. L’eau du Danube a atteint un niveau record, supérieur à celui de la crue de 2006, et a débordé des digues.

L’activité des autorités locales pour la prévention des risques d’inondation est la plus importante pour réduire les conséquences.

Les facteurs principaux qui influent sur les inondations fluviales sont l’intensité et la durée des précipitations, la possibilité pour les rivières et les cours d’eau de laisser passer la montée des eaux, l’état de la surface terrestre – sol et végétation, topographie, etc. Les inondations fluviales se produisent à l’échelle supérieure du système de précipitations, où les capacités de perméabilité de la multitude de petits affluents sont progressivement remplies et où la pointe d’eau est généralement progressivement collectée et transportée vers le grand fleuve.

Les longs fleuves s’écoulent sur un terrain plat et la vitesse de déplacement de l’eau est faible. Il en va de même en cas de crue ; la pointe d’eau est atteinte très lentement et ensuite elle s’atténue très lentement en l’espace de quelques jours à quelques semaines. En général, l’inondation est due à la présence de pluies intenses et prolongées dans d’autres régions, souvent dans d’autres pays situés dans le bassin fluvial. La situation devient encore plus complexe lorsque les fortes pluies se poursuivent le long du fleuve. Ces inondations sont prévisibles car elles sont généralement de nature saisonnière, ce qui permet d’organiser correctement les actions visant à en diminuer les conséquences.

– Crues éclairs

Il y a des inondations causées par de fortes pluies qui se produisent dans un court laps de temps.

Au cours de la dernière décennie, la fréquence de ce type d’inondations a augmenté avec le changement climatique. Ces inondations sont plus difficiles à prévoir et elles peuvent se produire dans des endroits secs où il n’y a pas de rivière en crue. Ces inondations peuvent s’avérer très dangereuses car elles commencent soudainement et se développent très rapidement.

Dans le cas des crues éclairs, la réaction est principalement entravée par le délai très court entre leur apparition/les fortes pluies continues/ et l’atteinte du pic d’eau en peu de temps.

La crue éclair se caractérise par l’augmentation rapide du niveau de l’eau, la vitesse élevée et la grande quantité de débris dans l’eau, ce qui confère à l’inondation un pouvoir destructeur élevé. Les principaux facteurs à l’origine d’une crue soudaine sont les pluies intenses et continues et les bassins versants escarpés.

Dans certaines régions, les crues éclairs sont souvent le résultat de pluies locales isolées à grande vitesse, ce qui rend l’alerte et la protection de la population très difficile. Dans d’autres régions, de telles inondations se produisent chaque année dans une seule et même rivière, où il est possible d’avertir la population, mais où une organisation préalable est nécessaire, car le temps de réaction est assez court. Les crues éclairs sont capables d’arracher des arbres, d’affaiblir des bâtiments et des ponts et de recouvrir de nouveaux canaux.

Au cours du mois d’avril 2020, le Yémen a connu de fortes pluies qui ont provoqué des crues éclairs dans différentes régions du pays. Au moins 150 000 personnes ont été touchées et, selon les autorités sanitaires, sept personnes sont mortes. Plus récemment, le 5 août 2020, au moins 17 personnes, dont 8 enfants, ont été tuées lors d’inondations soudaines dans le nord du Yémen.

Le 9 août 2020, de fortes pluies et des orages ont provoqué des inondations soudaines sur l’île grecque d’Eubée, tuant au moins sept personnes, dont un bébé (voir figure 2.1 b). La nouvelle a été publiée le 10 août 2020 également sur https://www.facebook.com/BeSafeNet

Fig. 2.1 b – Rue inondée à la suite d’une crue soudaine dans le village de Politika, sur l’île grecque d’Evia (Angelos Tzortzinis/Agence France Presse)

–  Inondations de cône alluvial

Ce type d’inondation est typique des zones montagneuses et volcaniques et rare dans d’autres régions.

Les inondations de cône alluvial qui ont des conséquences néfastes sur la vie des personnes se produisent généralement lorsque les zones menacées se trouvent dans un couloir entre la montagne et les zones plates ou entre la montagne et le littoral. Lorsque les exigences relatives aux travaux de construction ne sont pas respectées, il y a un manque de contrôle et les plans de prévention sont une formalité. Les conséquences sont toujours très destructrices et font de nombreuses victimes, comme au Venezuela en 1999, où 19 000 personnes sont mortes.

Les torrents communs passent dans le lit principal de la rivière et la plupart d’entre eux ont une structure boueuse et pierreuse. Ils sont particulièrement dangereux car ils traversent souvent des zones urbanisées (Fig.2.1 c). Leurs caractéristiques les plus dangereuses sont la rapidité, la simplicité du mouvement et le transport de grandes quantités de matériaux durs, qui s’empilent ou détruisent sur leur passage les établissements, les routes, les voies ferrées, les équipements techniques et les terres agricoles.

Les forces destructrices du torrent sont définies par la capacité accrue à transporter des matériaux durs, la continuité du mouvement, la vitesse élevée pouvant atteindre 15 km par heure.

L’activité humaine, liée à l’utilisation intensive des pentes des montagnes, entraîne l’augmentation du volume et de la fréquence de ce type d’inondation, ainsi que l’augmentation du nombre d’endroits où elles peuvent se produire.

Inondations de cône alluvial. Leur nom/cône/ correspond à la forme de la masse d’épandage. En substance, elles sont identiques à celles décrites ci-dessus, mais la masse solide prévaut et elles ressemblent davantage au glissement de terrain.

Les inondations de cône alluvial peuvent causer des dommages plus importants que les inondations fluviales typiques.

Fig.2.1 c: Une inondation de cône alluvial s’est produite en novembre 1994 dans le village de Nus (Vallée d’Aoste, Italie du Nord) (Archive CNR IRPI, Torino)

– Inondations dues à un embâcle

Inondations causées par la fonte rapide de la glace/du glacier. Dans la plupart des cas, ce type d’inondation peut être prévu, ce qui permet de s’organiser et de prendre des mesures pour en réduire les conséquences.

Les inondations fluviales causent de graves dommages en raison de la combinaison entre la montée des eaux et le mouvement des glaces. Le mouvement des glaces s’accompagne généralement d’un blocage ou d’un remplissage du lit de la rivière avec de la glace ou d’une accumulation de glace intra-muros, formant une barrière de glace, qui à son tour provoque une augmentation supplémentaire du niveau de l’eau et l’inondation d’un nouveau territoire en amont. En outre, en cas de rupture de la barrière de glace, une vague puissante est créée qui pourrait soudainement inonder les territoires situés en aval.

L’embâcle par la glace se produit le plus souvent dans les rivières qui coulent du sud au nord comme l’Oder, la Wisla, l’Ob, l’Yenisei, la Lena, le Yukon et d’autres.

Cela s’explique par le fait que les parties sud du fleuve se libèrent plus tôt que les sections nord, au cours desquelles l’eau en mouvement, mélangée à la glace, rencontre un obstacle de sections entièrement gelées. Des barrières de glace peuvent également être créées au début de l’hiver, avant le gel complet, lorsqu’il reste des sections du fleuve qui ne sont pas encore gelées. Parfois, ce type d’inondation peut se produire dans les longs fleuves qui s’écoulent d’ouest en est, comme le Danube et l’Amour.

L’origine de ces inondations dépend du climat et de l’état physique des vallées fluviales. Le gel est moindre là où le bord de l’eau est plus haut et plus abrupt. Le gel est généralement plus présent au niveau des barrages, des équipements techniques, des virages et des ponts, ainsi qu’aux endroits où le fleuve a une faible profondeur sur une longue distance.

Pour ce type d’inondation, le temps de réaction estimé est assez court, ce qui nécessite une préparation préalable obligatoire et sérieuse. Comme l’emplacement des embâcles est connu à l’avance grâce à de longues années d’expérience, les mesures de précaution peuvent être prises bien en amont du mouvement des glaces dans la rivière.

L’élimination des barrières de glace se fait par des détonations ou en utilisant un brise-glace, dans la mesure du possible.

 

– Inondations dues à la rupture d’un barrage
Elles sont très rares mais font un grand nombre de victimes. Le contrôle permanent des installations hydrotechniques et l’organisation des annonces et de la protection de la population menacée sont d’une grande importance.

Il convient de noter que les grandes inondations qui se sont produites au cours des deux dernières décennies sont, dans la plupart des cas, le résultat d’une combinaison de différents types d’inondations, généralement parmi les crues de rivières et d’autres types d’inondations comme : provoquées par un vent violent, des pluies intenses et durables, la mousson, les afflux de la mer, l’augmentation du niveau des eaux souterraines ou la destruction des fonctions des canaux de drainage et autres.

La rupture d’un mur de barrage, en particulier des grands barrages, est assez rare et peut difficilement être prévue. Le débordement d’eau des barrages de taille moyenne et petite est un événement qui se produit plus souvent que la rupture des murs de type terrestre des petits barrages.

Les inondations causées par la rupture des murs des grands barrages peuvent être très dangereuses car elles peuvent affecter la vie de nombreuses personnes.

La rupture d’un mur de barrage peut se produire dans le cas d’une brèche dans la construction en raison de l’érosion progressive du mur, de la destruction des remblais / digues. Une brèche dans la construction peut également se produire en cas d’inondation particulièrement grave. Les murs du barrage sont conçus pour résister à un puissant tremblement de terre, mais même ainsi, un tremblement de terre peut extrêmement affaiblir le mur.

Les inondations causées par la rupture d’un mur de barrage, en raison de leur caractère inattendu et de la vitesse élevée de l’eau, peuvent infliger des pertes humaines et des destructions comparables à celles d’une catastrophe naturelle. C’est la raison pour laquelle les murs des grands barrages sont placés sous contrôle et surveillance constants grâce à un équipement spécial installé à l’intérieur du mur, qui surveille toute déviation des paramètres de l’installation. En outre, les murs du barrage sont équipés de systèmes automatisés intégrés pour avertir la population du danger.

Il s’agit de cas d’inondations dans le lit de la rivière qui se produit après, alors que le mur du barrage n’a pas été brisé. Une telle inondation s’est produite en Italie en 1963 lorsqu’un énorme glissement de terrain au niveau du barrage de Vaiont a repoussé l’eau du barrage qui s’est déversée sur le mur de celui-ci sans le rompre mais en provoquant une inondation catastrophique dans laquelle 3000 personnes ont trouvé la mort.

Les autorités locales doivent obligatoirement inclure tous les barrages dans les plans de protection.

Dans la plupart des cas, les petits barrages utilisés pour l’arrosage et d’autres activités posent de gros problèmes. Généralement, leurs murs sont de type terrestre et nécessitent un entretien et un contrôle permanents des installations. Lorsque ces murs sont mal entretenus, ils deviennent très dangereux en cas de pluies intenses ou de fonte intensive de la neige. Les autorités locales doivent tenir des registres de ces barrages, les contrôler en permanence et s’organiser pour prévenir les risques.
Pour plus d’informations, veuillez consulter

http://www.besafenet.net/en-gb/technological-hazards-dam-failures#faq199

Of all river floods this is the one that is the most frequent.

The general factors affecting the river floods are: the intensity and the duration of the rainfall, the possibility of rivers and steams to let pass the rising waters, the condition of the land surface – soil and vegetation, topography and others. The river floods occur at the higher scale of rainfall system, where the permeability capabilities of the multitude of smaller tributaries are gradually filled up and the water peak is usually gradually collected and transported to the larger river.

These floods can be divided into two groups, depending on the form of the water-collection area and the length of the river:

  • The first group includes floods occurring in lengthy rivers /Nile, Danube, Euphrates, Mississippi, Rhine, and others.
  • The second group includes floods occurring in rivers with round shape of the water-collection basin /Congo/.

The lengthy rivers flow through flat terrain and the water movement speed is low. The same applies for the occurrence of a flood, the water peak is reached very slowly and afterwards it fades down very slowly over the course of few days to few weeks. Usually the reason for the flood is intensive and prolonged rainfalls occurring in other regions, often in other countries. The situation becomes even more complex when the heavy rainfall continues along the river. These floods can be predicted, they are usually of seasonal character and this allows establishing a proper organization to decrease the consequences.

In the case of rivers with round water-collection basin, after heavy rainfall the water peak reaches its highest value quickly and quickly decreases. Such floods usually happen in small and average sized rivers. Usually they are much more destructive because the water moves with higher speed. 

The above examples refer to smaller rivers with similar characteristics.

Flash floods are often associated with isolated and localised intense rainfall. But Flash floods may result from the failure of a dam or the sudden breack-up of ice jam. Flash floods in urban areas is serios problem too.

The change in the climate has increased the floods of this type. Such floods are harder to predict, they can occur in dry places where there is no running river. Such floods can prove very dangerous since they start suddenly and develop very fast.

In the case of flash floods the reaction is mostly hindered by the very short time between their origination /continuous heavy rainfall/ and the reaching of the water peak in short time.

The flash flood is characterized by the fast increase in the water level, the high speed and large quantity of debris in water, giving the flood a high destructive power. The main factors causing the origination of a flash flood are: the intensive and continuous rainfall and the steep water sheds.

In certain regions the flash floods often result from isolated high-speed local rainfalls, rendering the warning and protection of the population a very difficult task. In other regions such floods occur annually in one and the same river, where warning the population is possible, but advance organization is needed, since the reaction time is quite short. Flash floods are capable of tearing out trees, undermining buildings and bridges and scouping new chanels.

Mountain torrents occur at intensive rains for long and short time in the mountain areas. This happens because the river bed slop is big, the water runs fast and carry with itself dispersive mass. 

The improvement of the forecast systems already gives opportunity for announcement and information of the population at the threatened zones in most cases.

The above mentioned floods appear mostly at the rivers or dry river valleys they are included in the group of the river flooding.

Alluvial fan floods is a temporary spring formed in the beds of the mountain rivers, characterized in the sharp increase in the water level, which has a high content /10 to 75%/ hard particles /soil products and rock decomposition products /.

This kind of flood originate as a result of intensive and continuous heavy rainfall, swift melting of the seasonal winter cover or of glaciers, as well as due to the landslide of loose, cracked rock material /at terrain inclination of no less than 8 – 10%/.

Depending on the content of the torrent mass we can specify the following torrents: stone-muddy, water-stone and water-gravel. Besides that as a physical phenomenon they can be free or latent. The transporting medium of the free torrents is water with hard admixtures /Mud-steam/, and for the latent ones the medium is the soil mixture where the main water mass is connected with finely dispersed particles (Mud-flow, Debris flow) Mud-rock flow and Alluvial fan floods – the contents of the mass is mostly soil and rocks/stone –mud/.

In contrast to the regular flows, flows of the mass by default do not move permanently, but in separate waves /pushes/. The volume of the one-time mixture, transported with high velocity, may vary from hundreds of thousands to millions of cubic liters. The front of the moving mixture can have a diameter of 3-4 meters, and mass of 100 – 200 tons. With their large mass and movement speed this mass destroy roads, equipment, agricultural land and others.

The causes for the origination of this kind of flood are mainly the heavy rainfall, the accumulation of masses of crumbly and cracked material, the increase of the intensity of the surface water outflow.

The practice has demonstrated that the centre of this kind of flood/accumulated soil and rock masses/ starts to move after overcoming the resistance of the terrain and other obstacles, that are destroyed by the rain waters, and the rock and soil mass finds a way under the form of separate flows, which join the main flow, moving with high velocity.

This kind of flood within the river basin can be local or common. The local torrents originate in the beds of the river tributaries or in separate gullies.

The common torrents pass through the main river bed and most of them have stone-muddy structure. They are particularly dangerous since they often pass through urbanized regions. Their most dangerous characteristics are the suddenness, the straightforwardness of movement and the transportation of large quantities of hard materials, which pile up on, or destroy along their way settlements, roads, railway tracks, engineering equipment and agricultural lands.

The destructive forces of the torrent are defined by the increased capability to transport hard materials, the interruptibility of the movement, the high velocity of up to 15km per hour.

The human activity, related to the intensive use of mountain slopes leads to the increase in the volume and frequency of this type of floods, as well as to the increase in the number of locations they can occur.

Alluvial fan floods. Their name/fan/ corresponds to the shape of the spread mass. In substance they are the same as the above described but the solid mass prevails and they are more similar to the landslide.

Alluvial fan floods can cause greater damage than typical riverine flooding.

Volcanic ashes and Mudflows. They arise as a result of the Pyroclastic flow – this is a flow of heat gasses over the volcano slopes /about 1 000 C/ which quickly melt the snow into worm water running with high speed over the steep volcano slopes and carrying with itself solid materials. This phenomena is extremely dangerous for the people living near by.
For more information please click HERE

Floods caused by swift melting of ice/glacier.

Serious damages are caused by river floods caused by the combination between rising waters and ice movement. The ice movement is usually accompanied with jamming/fill up of the river bed with ice / or by the accumulation of intra-water ice, forming an icy barrier, which in turn causes an additional increase in the water level and the flooding of new territory upstream. Furthermore, in case of breach of the ice barrier a powerful wave is created that could flood the suddenly flood territories located downstream.

The jamming /barring/ of the river by ice occurs most often in rivers flowing from south to north /Oder, Wisla, Ob, Yenisei, Lena, Yukon and others/.

This is explained with the fact that the southern parts of the river free themselves earlier than the northern sections, in the course of which the moving water, mixed with ice, meets an obstacle of fully frozen sections. Ice barriers can also be created at the beginning of the winter prior to the complete freeze, when there are still sections of the river that are not frozen yet. Sometimes this type of flood can occur in lengthy rivers flowing from west to east /Danube, Amur/.

The origination of such floods depends on the climate and the physical condition of the river valleys. The freeze is lesser where the waterside is higher and steeper. The freeze is usually more severe in dams, in engineering equipment, at the turns and bridges, at places where the river has low depth over a long distance.

For such type of floods the estimated reaction time is rather short, requiring an obligatory and serious advance preparation. Since the locations of the ice jams will be known in advance thanks to long years of experience, precaution measures can be taken long time before the start of the ice movement in the river.

The elimination of the ice barriers is done through detonations or by using an ice-breaker, if possible.

 

The breaking of a dam wall, especially of large dams, is rather rare and can hardly be foreseen. The overflow of water from medium- and small-seized dams is an event occurring more often as well as the breaking of the of land type walls of the small dams.

The floods caused by break of walls of large dams can be very dangerous since they can affect the life of a lot of people.

The breaking of a dam wall can occur in case of breach in the construction as a result of progressive erosion in the wall, destruction of the embankments /dikes/. A construction breach can also occur in the case of a particularly severe flood. The dam walls are designed to withstand a powerful earthquake, but even so the earthquake can extremely weaken the wall. 

The floods caused by dam wall-break, due to their unexpectedness and high water speed, can inflict casualties and destruction comparable only to a natural disaster. This is the reason why the large dam walls are placed under constant control and surveillance with special equipment installed inside the wall, monitoring for any deviation in the facility’s parameters. Furthermore, the dam walls have automated systems for warning the population of danger.

These are cases of flood at the river bed after the dam wall which is not broken. Such a flood happened in Italy in 1963 when a huge landslide into Vaiont Dam pushed out the dam water which spilled over the dam wall without breaking it but causing catastrophic flooding / 3000 people died/.

The local authorities obligatorily have to include all dams in the protection plans.

In most cases the smaller dams used for watering and other activities cause big problems. Usually their walls are of land type and require permanent maintenance and control of installation. When such walls are maintained badly they become very dangerous at intensive rainfalls or intensive snow melt. The local authorities have to keep records of such dams, to control permanently and to make organization for risk prevention.
For more information please click HERE

Les types d’inondations côtières les plus importants sont les suivants :

– Inondations dues aux ondes de tempête  

Souvent, les ouragans ou les tempêtes sont dans la mer. Il se forme alors de grosses vagues qui battent la côte et provoquent des inondations.

Les ondes de tempête se produisent généralement avec les tempêtes côtières causées par des systèmes de basse pression massifs avec des flux cycloniques qui sont typiques des cyclones tropicaux et des tempêtes hivernales sévères.

Les facteurs qui influencent l’intensité des ondes de tempête sont la velosité du vent, la hauteur de l’onde de tempête, la forme de la côte, la nature de la côte et l’activité humaine.

Les ondes de tempête sont contrôlées par quatre facteurs :

– Les tempêtes les plus intenses ont des vitesses de vent plus élevées qui poussent de plus grandes quantités d’eau à travers le plateau continental peu profond, augmentant ainsi le volume et l’élévation de l’eau poussée contre la côte. Dans les zones à faible pente et à faible profondeur, les inondations qui en résultent peuvent atteindre de grandes hauteurs.

– La faible pression barométrique subie lors des tempêtes côtières peut provoquer une élévation de la surface de l’eau, ce qui augmente la hauteur des ondes de tempête.

– Les tempêtes qui touchent terre pendant les grandes marées astronomiques ont des hauteurs d’onde plus élevées.

– Les configurations du littoral avec des caractéristiques concaves ou des baies qui se rétrécissent créent une résonance dans la zone en raison du forçage des vents dans l’eau, élevant la surface de l’eau plus haut que ce que l’on observe le long des zones adjacentes de la côte ouverte.

Pour plus d’informations, veuillez consulter
http://www.besafenet.net/en-gb/natural-hazards-hurricanes-and-storms-surges#faq315

 

– Les inondations estuariennes

Il s’agit d’inondations causées par la combinaison de vents forts et de marées hautes.

Ce type d’inondation est typique des zones tropicales et équatoriales et surtout des îles comme les Philippines. Avec le changement de climat, elles commencent à se manifester avec une intensité accrue. Ces inondations, combinées à d’autres types d’inondations comme celles des rivières, peuvent affecter de vastes zones en peu de temps.

– Inondations causées par un vent puissant et pressant à l’embouchure des rivières, ce qui a pour effet de retenir l’eau dans la rivière et de faire monter le niveau d’eau.

– Les inondations résultant des tsunamis sont de grandes vagues sismiques marines, générées de manière impulsive par des séismes de faible profondeur ou de forte magnitude qui peuvent provoquer des inondations désastreuses dans les zones côtières (Fig.2.2 a).

Pour plus d’informations, veuillez consulter
http://www.besafenet.net/en-gb/natural-hazards-tsunami#faq105)

Fig.2.2. Inondation côtière déclenchée par le séisme de Fukushima (Japon) M = 9,0 le 11 mars 2011

Étant donné que les inondations côtières se produisent continuellement dans une seule et même région dans la plupart des cas, elles peuvent être prévues avec précision.

Habituellement, les inondations côtières sont une combinaison de certaines des inondations susmentionnées, inondations fluviales comprises.

Il est obligatoire d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques nationales et régionales appropriées ainsi que des plans nationaux et régionaux pour réduire les pertes causées par les inondations.

Les inondations se produisent principalement à la suite d’une élévation du niveau de l’eau au-dessus du niveau normal ou d’une obstruction de l’écoulement de l’eau. La vitesse du mouvement de l’eau et le temps nécessaire pour atteindre les propriétés menacées sont déterminants pour l’ampleur de l’impact.

Les raisons pour lesquelles les niveaux d’eau passent au-dessus du niveau normal sont les suivantes :

    • Pluies abondantes ou prolongées ou fonte intensive de la glace (des glaciers)
    • La principale raison des inondations dans les vallées fluviales, les plaines et les basses terres, les changements de niveau des lacs, etc ;
  • L’effet d’un vent fort
    • La principale raison des inondations côtières et des crues le long des deltas des fleuves ; particulièrement dangereuses lorsque le vent fort est combiné à des marées hautes (comme aux Philippines). Les causes du vent fort sont les tempêtes de mer, les ouragans et les moussons, etc. ;
  • Obstruction des lits de rivières
    • Obstruction du lit des rivières en raison de végétation ou de blocs de glace provenant de glaciers ou de glissements de terrain, etc.
  • Destruction ou dysfonctionnement des structures, etc.
  • Rupture des digues due à l’érosion, aux altérations produites par la faune et aux altérations produites par la végétation sauvage.
    • Séismes sous-marins (volcans sous-marins ou insulaires)
    • Il en résulte des vagues/tsunamis qui sont la cause principale des inondations catastrophiques ;
  • Le changement climatique
    • La raison de l’augmentation de l’intensité et des conséquences des inondations. Contribue à la combinaison d’un certain nombre de causes d’inondation, entraînant une augmentation significative de l’ampleur des inondations graves et des dommages causés ;
  • L’activité humaine
    • L’activité humaine est une cause essentielle des inondations et surtout de l’augmentation des dommages causés. Le déboisement des forêts, la modification du lit des rivières (par exemple, la coupure des méandres) entraînant une dynamique hydrologique plus intense, les travaux de construction dans les zones à risque d’inondation et le mauvais entretien des installations hydrotechniques sont quelques-unes des causes des inondations. Changement de l’utilisation des terres (y compris les problèmes urbains, industriels, agricoles, forestiers et ceux de la faune).
Fig.3. Inspection aérienne effectuée par la protection civile de la zone inondée après la rupture de la digue (visible dans la partie sud-ouest de l’image) sur le fleuve Secchia, au nord de Modène (plaine du Pô, Italie du Nord) le 19 janvier 2014. Les mécanismes hydrauliques et géotechniques ont été déclenchés par les activités des animaux fouisseurs qui ont conduit à la rupture de la digue (Orlandini et al., 2015).

En général, les inondations se produisent le long des cours d’eau, des côtes et autour des lacs et des barrages. Les crues éclair peuvent se produire presque partout.

Dans le monde entier
Les inondations peuvent se produire partout dans le monde.  Les inondations qui affectent la vie d’un grand nombre de personnes sont généralement enregistrées. Les grandes inondations le long des rivières qui coulent vers le nord en Asie ou en Amérique du Nord/Alaska et qui touchent de vastes zones, mais qui ne touchent pas un grand nombre de vies humaines, ne sont signalées qu’à titre d’information.

À la fin du XXe siècle, les plus grandes inondations ayant un impact sur de nombreuses vies humaines se produisaient généralement dans les pays de la zone tropicale et équatoriale, le long des principales vallées fluviales, ou dans les pays ayant des côtes maritimes ou océaniques, et très rarement dans les pays de la zone tempérée.

En raison du changement climatique, en particulier au cours de la dernière décennie, les inondations à grande échelle ont augmenté dans la zone tempérée en Europe en Allemagne, en France, en Pologne, en Serbie, en République tchèque et en Hongrie, etc. (voir tableau 4). Dans le même temps, l’intensité, la fréquence et les conséquences des inondations dans les pays de la zone tropicale et équatoriale ont augmenté, avec un impact significatif et continu sur les régions à l’intérieur de ces pays, par exemple au Pakistan, en Thaïlande, aux Philippines et en Indonésie, etc.

Le changement climatique a entraîné la combinaison d’un certain nombre de causes d’inondation : vents violents, pluies abondantes et continues, marées hautes, crues soudaines imprévues, etc. dans un certain nombre de pays (par exemple aux Philippines, en Indonésie, au Pakistan, en Thaïlande, au Bangladesh, en Inde, au Japon, en Bolivie, en Argentine et en Équateur).

Dans les pays de la zone tempérée, les principales causes d’inondation sont généralement les cyclones et les vents forts frôlant le niveau d’un ouragan, etc. qui, dans le passé, ne se produisaient qu’exceptionnellement.

Au niveau régional
Les pluies de mousson sont une cause annuelle d’inondations catastrophiques saisonnières qui, combinées à d’autres risques comme les glissements de terrain, font de nombreuses victimes chaque année (par exemple au cours des cinq dernières années) : 60 victimes en Inde en 2015, environ 500 victimes en Inde, 57 au Bangladesh et 30 au Népal en 2017, plus de 350 victimes dans le reste de l’Inde en 2018, environ 200 victimes en Inde, 27 au Pakistan, environ 100 au Bangladesh et au Népal en 2019 et, jusqu’à mi-juillet 2020, les inondations et les glissements de terrain provoqués par la mousson ont tué au moins 221 personnes en Inde, au Népal et au Bangladesh (voir figure 4).

Au niveau local

Au niveau local, les inondations affectant la vie des gens se produisent le plus souvent là où l’activité humaine s’est déroulée sans évaluation appropriée, et sans planification ni contrôle. Les médias montrent constamment des rapports sur les hautes eaux qui balaient les centres villes en raison de constructions illégales et incontrôlées, ainsi que des images de vastes zones de terre inondées en raison de l’absence de construction ou d’entretien d’installations hydrotechniques.

Les inondations dans les zones peuplées sont généralement le résultat d’un manque d’entretien nécessaire des systèmes de drainage existants, de la croissance des populations et de la faible capacité des systèmes de drainage.

Les inondations se produisent lorsque les autorités locales ne remplissent pas correctement leurs obligations en termes de construction, d’entretien des structures hydrauliques, de nettoyage des lits des rivières, d’exploitation forestière et d’entretien des systèmes de drainage dans les agglomérations, etc.

Tab. 4. Liste de quelques-unes des plus grandes inondations survenues en Europe au cours de la décennie 2010 – 2020

Informations d’Abc sur les personnes tuées par les inondations et les glissements de terrain dus à la mousson au 17 juillet 2020 en Inde, au Népal et au Bangladesh (source: https://www.abc.net.au/news/2020-07-17/monsoon-floods-landslides-kills-221-india-nepal-bangladesh/12467954 )

Some of the biggest world floods of the last decade of the past century and the first decade of the present century are shown at the table below.
Continent Country River Lake Sea Year Type of flood Causes Injured territory Injured population Victims Economic losses
ASIA
Thailand South China Sea 2011 Combination – Riverine and Costal Floods Intensive and long Monsoon rainfalls after 3 Hurricanes 300 000 km2 11 Millions p. 600 p. 16 Milliards $
Pakistan Indi 2010 Combination – Riverine, Local drainage and high groundwater levels Monsoon rainfall with Change model 350 000 km2 13,8 Millions p. 1500 p.
Philippines Island 2011 Combination of floods Hard and long Tropic cyclone. Sea tide 300 000 p. 1000 p.
Bangladesh Gang Brahmaputra 1998 Combination – Riverine and Costal Floods Combination – Monsoons and Tropic Cyclone 100 000 km2 70 Millions p. 1300 p.
Bangladesh India Nepal Gang 1993 Combination – Riverine Flooding Costal floods Intensive Monsoons Rainfall 6 Millions p. 3084 p. 8,5 Milliards $
China Yangtze 1998 Riverine flood Intensive rainfall 180 Millions p. 3656 p. 31 Milliards $
1993 11 Milliards $
1995 8 Milliards $
1996 24 Milliards $
South East China 2011 Combination Riverine floods Several Mud flows Intensive and very long rainfall 12 Provinces 5 Millions p. 355 p.
Japan Pacific Ocean 2011 Coastal Flooding Tsunami (Earthquake – 8,9 Richter) 400 km Sea Cost 5 Millions p. 15781 p.
India Several rivers 2005 Rivering flooding Intensive and long Monsoon Rainfall 700 p.
2008 Rivering flooding Intensive early Monsoon Rainfall 1,2 Millions p. 150 p.
2011 Rivering flooding Intensive Monsoon Rainfall 335 p.
North Korea Taedong River 1995 Rivering flooding Intensive rainfall Secondary effect-hunger 300 000 homelles 2 Millions p. 800 p. 15 Milliards $
Indonesia India Ocean 2004 Tsunami wave Earthquake(9,0-9,3) near to island Sumatra 15 countries 1.7 Millions p. 283 000p. (9000 tourists) 14100 p. – disappear 16 Milliards $
NORTH AMERICA
USA Mississippi 1993 Riverine flooding Intensive rainfall 9 states 50 p. 21 Milliards $
Texas 2001 Flash flooding, Tropic Storm ”Allison” Intensive rainfall 23 p. 6 Milliards $
New Orleans 2005 Combination Revering floods Hurricane “Katrina” 233 000 km2 1836 p.
West Virginia 1972 Dam break of coal mine 125 p.
SOUTH AMERICA
Argentina Ecuador Bolivia Several rivers 2008 Riverine floods Intensive and long rainfall – El Nino 150 000 p. 50 p. 16 Milliards $
Brasil Several rivers 2011 Riverine flooding Intensive rainfall 1 35 p.
Venezuela Rio San Julian 1999 Alluvial fan flood Rainfall storm 19 000 p.
AFRICA
Mozambique Limpopo river 2000 Riverine Flooding Torrential rain 1400 km2 800 000 p. 800 p.
The Republic of South Africa Orange river 2011 Riverine flooding El Niño 100 p.
Algeria 2001 Flash Flood, Alluvial fan flood Torrential rain 827 p.
AUSTRALIA Quenensland Floods Fitzroy Burnett Coudamine Ballone Mary 2010 Riverine and Costal flooding Intensive rainfall and strong wind 800 000 km2 200 000 p.

Some of the biggest European  floods of the last decade of the past century and the first decade of the present century are shown at the table below.
Continent Country River Lake Sea Year Type of flood Causes Injured territory Injured population Victims Economic losses
EUROPE
Germany
Poland
Czech
Oder 1997 Riverine Intense rainfall 115 p. 6 Milliards $
Poland
Czech
Hungary
Slovakia
Servia
Visla
Valtava
Danube
2010 Riverine Intense rainfall 80 000 km2 3 Millions p. 9 p.
Germany Rein
Oder
2011 Riverine Intense rainfall
Melt of snow
2 p.
Germany
Poland
Czech
Several Rivers 2010 Riverine Intense rainfall 6 p.
England Several Rivers 1998 Riverine Intense rainfall 5 p. 3 Milliards $
2009 Riverine Intense rainfall
Strong Wind
9 p.
2011 Riverine Intense rainfall
France Several Rivers
South France
2010 Riverine Intense rainfall 25 p.
Mallpas-et Dam 2011 Riverine Intense rainfall 3 p.
Several rivers 1959 Dam-break flood Dam break 421 p.
Italy 2000 Riverine Intense rainfall 5 p. 8,5 Milliards $
Vaiont Dam 2004 Riverine Intense rainfall 9 p. 9,3 Milliards $
Ebro 2011 Riverine Intense rainfall 6 p.
1963 Devastating flood Landslide 3000 p.
Spain 2010 Riverine Intense rainfall 3 p.
2011 Riverine Intense rainfall 2 p.

Les conséquences des inondations peuvent être les suivantes:

  • Des victimes humaines
  • Des pertes sociales et économiques
  • Des zones touchées
  • La contamination de l’environnement
  • La destruction du patrimoine culturel

Les inondations ont généralement des conséquences primaires et secondaires :

Les principales conséquences sont les suivantes :

  • Dommage ou destruction physique partielle ou totale de ponts, de véhicules, de  bâtiments, de maisons, de systèmes de communication, de réseaux d’égouts, de réseaux routiers et d’autres infrastructures clés;
  • Victimes : noyade de personnes ou de bétail, ainsi qu’épidémies et maladies qui en résultent.

 Les conséquences secondaires sont les suivantes :

  • L’approvisionnement en eau est rendu plus difficile en raison de la contamination de l’eau, ce qui entraîne une pénurie d’eau potable. ;
  • Prolifération des maladies : conditions de vie insalubres et maladies se propageant par l’eau ;
  • L’approvisionnement en nourriture est rendu plus difficile, ce qui entraîne des pénuries alimentaires. Des cultures entières peuvent être détruites ;
  • Végétation : de nombreuses espèces peuvent mourir ;
  • Les conséquences des inondations sont sur le long terme ;
  • Difficultés économiques causées par le déclin temporaire du tourisme, l’augmentation du prix des denrées alimentaires et les coûts de la reconstruction.

 

Les avantages des inondations : 

Bien que les inondations puissent avoir de nombreux effets destructeurs, elles peuvent également rendre le sol plus fertile, en l’enrichissant de multiples substances nutritives. Par exemple, depuis le cinquième siècle avant J.-C., l’importance du Nil était connue car il jouait un rôle économique fondamental pour le peuple égyptien, en rendant fertiles les terres arides et désertiques. Chaque année, en été, le fleuve inondait les territoires voisins ; les eaux se retiraient dans le lit du fleuve en automne, laissant une couche de boue (limon) extrêmement fertile sur les champs.

Fig. 5. – Dommages dus à la crue éclair survenue le 9 août 2020 dans le village de Politika, sur l’île grecque d’Evia (Agence France Presse)

En tant que phénomène naturel, les inondations ne peuvent être évitées. Les causes des inondations sont complexes, et l’activité humaine irréfléchie est un facteur important aux côtés des causes naturelles, telles que les fortes pluies, la fonte des neiges, etc.

Les activités humaines font partie des causes des inondations, par exemple :

  • la réduction de la capacité naturelle du sol à retenir l’eau, causée par l’utilisation des terres telle que l’exploitation forestière, qui augmente la vitesse du flux naturel (voir figure 6) ;
  • des modifications dans le lit des rivières ;
  • la construction dans des zones à risque d’inondations dues à des ruptures de sol ;
  • le changement climatique principalement causé par l’activité humaine, qui contribue à augmenter la probabilité d’inondation et les conséquences négatives qui en découlent.

L’activité humaine est une cause d’inondation dans de nombreux cas. Les modifications de terrain et du lit des rivières, l’entretien insuffisant des installations hydrauliques et l’absence de nettoyage des lits des rivières sont autant de facteurs qui augmentent la probabilité d’inondation.

Fig.6. Village de Qualso (Udine, Italie du Nord). Une inondation urbaine s’est produite le 18 juin 2020, à la suite de fortes pluies, en raison de la réduction de la capacité naturelle du sol à retenir l’eau (D’après une vidéo de C. De Pelseneer)

Les conséquences des inondations sont fortement influencées par le comportement humain. Le comportement humain joue un rôle important dans l’augmentation des conséquences des inondations, d’une part, et dans leur atténuation, d’autre part.

Les activités qui augmentent les conséquences négatives des inondations comprennent :

  • l’augmentation des centres de population et des zones de production dans les plaines inondables et autres zones à risque, c’est-à-dire la construction de logements dans les zones à risque d’inondation (voir. Fig. 2.1 c et Fig. 10).
  • l’exploitation forestière et la destruction de la végétation, qui augmentent fortement l’impact négatif des inondations.
  • l’obstruction des lits des rivières.
  • l’entretien insuffisant et le manque de contrôle des structures hydrauliques.
  • le manque d’entretien adéquat du drainage dans les zones peuplées.
  • la modification des lits des rivières. Par exemple, dans la partie moyenne inférieure de la plaine de Modène, la longueur des fleuves Panaro et Secchia a été réduite à environ 12 % de leur longueur par des coupes artificielles de méandres effectuées depuis le XIXe siècle pour réduire les risques d’inondation. Ainsi, sur de longs tronçons de leur cours, les rivières ont pris l’aspect de cours d’eau artificiels. Comme les seuils n’ont pas réduit de manière adéquate les risques d’inondation, des « systèmes de régulation du débit » (voir figure 9) ont été construits à l’est et à l’ouest de Modène (voir figure 9). La morphologie et la tendance à l’évolution des fleuves Panaro et Secchia ont été conditionnées par les activités humaines directes et indirectes au cours des deux derniers siècles, ce qui est similaire à ce qui a été enregistré sur d’autres fleuves italiens (Fig. 7)
  • L’impact environnemental du changement climatique influence directement les conséquences des inondations, car il augmente leur intensité et, dans certains cas, peut entraver les prévisions potentielles.

 

Les comportements humains qui atténuent les conséquences des inondations comprennent :

  • l’élaboration et la mise en œuvre de politiques nationales de prévention des catastrophes ;
  • la construction d’installations préventives ;
  • l’organisation de systèmes d’alerte pour la population concernant les risques d’inondation ;
  • l’élaboration et la mise à jour de plans de protection ;
  • la mise en œuvre de formations à la prévention des risques, dans les zones à risque d’inondation ;
  • l’amélioration des systèmes de prévision ;
  • la surveillance permanente.
Fig. 7. Des coupes artificielles de méandres ont été effectuées sur le fleuve Panaro à l’est de Modène. Comparaison entre la carte IGM de 1935 (en haut) dans laquelle le cours des méandres est observé et l’image Google Earth de 2019 (en bas) dans laquelle les méandres coupés peuvent être identifiés.

Les inondations peuvent être prévues dans une large mesure grâce aux technologies et aux communications modernes, ainsi que sur la base des données statistiques accumulées. Cela permet d’établir à l’avance le moment, la nature et l’ampleur des inondations.

La situation météorologique dans le monde entier est suivie par des satellites météorologiques. Les informations obtenues sur les événements et les phénomènes dangereux sont traitées et l’évolution de la situation est prévue sur la base des modèles respectifs. Les données obtenues, combinées aux informations acquises par les services hydrométéorologiques nationaux, permettent d’établir des prévisions d’inondations. Les prévisions météorologiques, dont dépend la prévision des inondations, n’indiquent que la probabilité de précipitations dans une vaste zone, et non la certitude d’occurrence dans des endroits spécifiques.

En ce qui concerne les crues fluviales, plus le cours d’eau est grand, meilleures sont les chances de prévoir la montée du niveau d’eau d’un grand fleuve, par exemple le Danube, la Volga, le Rhin, le Dniepr, etc. Il s’agit en fait d’un phénomène qui se produit lentement, prenant de plusieurs heures à plusieurs jours. Cela permet une surveillance constante et surtout des actions préventives. En revanche, le niveau de l’eau des petits cours d’eau peut augmenter très rapidement, avec des temps d’intervention réduits. Dans ces cas, il n’est pas toujours possible de prévoir les inondations, et encore moins de savoir quand et où elles se produiront.

L’ampleur des inondations causées par les eaux de source peut être prévue jusqu’à un mois ou plus à l’avance. Pour cela, on mesure l’épaisseur de la couverture neigeuse, le taux d’humidité du sol, la température, etc.

Les inondations causées par de forts vents de tempête peuvent être prévues d’une à deux heures à un ou deux jours avant qu’elles ne se produisent.

La prévision d’une inondation causée par un tsunami est basée sur une évaluation opportune de l’emplacement de l’épicentre et de la magnitude du tremblement de terre, après quoi un modèle fixe est utilisé pour faire une prévision et avertir les parties en danger.

Lors de la prévision des inondations pour des endroits particuliers, il faut tenir compte du régime naturel des cours d’eau, tel qu’il est influencé par la présence de digues, de barrages, d’écluses et de canaux, etc.

Les technologies modernes permettent de prédire avec précision les conditions météorologiques et, combinées aux résultats des services hydrotechniques nationaux, elles permettent de prévoir l’origine, le développement et l’étendue des inondations. Cela permet d’éviter d’être pris au dépourvu et d’anticiper les situations de panique, de planifier plus efficacement et de mettre en œuvre des activités de protection de la population et des mesures de sécurité si nécessaire.

Il existe de nombreux moyens de prévenir les inondations, qui, s’ils sont mis en œuvre de manière globale, peuvent conduire à une réduction de leur fréquence.

La prévention des inondations peut être mise en œuvre aux niveaux suivants:

  • Au niveau mondial – par la protection de l’environnement, la lutte contre le changement climatique et le développement de systèmes de prévision et d’anticipation ;
  • Au niveau régional – par la mise en place de systèmes de prévention et de systèmes de prévision et d’alerte précoce des risques d’inondation, comme ceux mis en place après le tsunami dans l’océan Indien. Il était dû à un tremblement de terre sous-marin (M = 9,1) qui a frappé l’île indonésienne de Sumatra, tuant au moins 225 000 personnes dans une douzaine de pays en décembre 2004 ;
  • Au niveau national – par l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique nationale de lutte contre les catastrophes et, en particulier, les inondations ;
  • Au niveau local – par la mise en œuvre d’une série de mesures : élaboration et maintien des plans respectifs de protection, de contrôle et d’activités visant à prévenir les inondations et à réduire leur impact, construction et entretien d’installations hydrauliques, etc. En ce qui concerne les structures hydrauliques, par exemple, dans les Apennnes du nord et du centre (Italie), depuis plusieurs décennies, des dispositifs de régulation du débit ont été construits dans les zones adjacentes aux cours de certains fleuves (Parme, Enza, Secchia, Panaro, Arno, Tevere et autres) afin de contrôler le risque hydrologique des inondations fluviales. Ces structures (appelées « systèmes de régulation du débit ») consistent principalement en un barrage de régulation construit en travers du lit du fleuve et en un bassin de stockage bordé par des digues. Leur fonction la plus importante est de réduire le pic de crue, c’est-à-dire qu’ils n’interviennent qu’à une échelle limitée (Fig. 9).
  • Les mesures de protection personnelle qui doivent inclure la formation scolaire, la sensibilisation des individus à l’existence d’un risque d’inondation dans les lieux où les gens vivent ou séjournent en tant que touristes, la connaissance des mesures à prendre pendant et après l’inondation et un minimum de compétences en matière de premiers secours, etc.
Fig. 9. Système de régulation du débit du fleuve Secchia, situé à l’ouest de Modène, pendant le pic de crue du 13 mai 2019. Il montre le débit du fleuve Secchia de droite à gauche. Au centre se trouve le barrage de régulation construit en travers du lit de la rivière et sur le côté droit, le bassin de stockage bordé par des digues (D’après une vidéo de Marco Amendola).

En mettant en œuvre une politique cohérente et raisonnée aux niveaux mondial, régional, national et local, il est tout à fait possible d’atténuer les conséquences négatives des inondations, notamment celles qui touchent la santé et la vie humaines, l’environnement, le patrimoine culturel, l’activité économique et les infrastructures.

La lutte contre les inondations implique des activités mises en œuvre conformément à des plans à long terme, ainsi que des activités à court terme.

Parmi les exemples d’activités à long terme, on peut citer la construction de diverses installations de protection et leur entretien annuel, ainsi que l’élaboration et le maintien de divers plans de protection.

Les activités à court terme sont préparées annuellement et sont mises en œuvre lorsqu’il y a un danger d’inondation. Il s’agit, par exemple, de fournir à l’avance des bâches imperméables, des sacs de sable, des pompes à eau et des générateurs d’électricité, de prendre des dispositions organisationnelles sur la base des plans existants et d’analyser les systèmes de contrôle et d’alerte en cas d’inondation. Le dégagement des systèmes de drainage et la fluidité des canaux fluviaux sont extrêmement importants et relèvent de la responsabilité directe des autorités locales.

L’efficacité de la lutte contre les inondations est déterminée non seulement par les spécificités climatiques et le régime des rivières dans une région donnée, mais aussi par la localisation spécifique des centres urbains et la disponibilité de structures hydrauliques capables de réguler le débit des eaux (Fig. 9). Toutefois, les effets des inondations sont principalement réduits par des mesures qui empêchent ou limitent l’expansion urbaine dans les zones sujettes aux inondations, comme les lits des rivières à hautes eaux (Fig. 10).

L’expérience montre qu’il est tout à fait possible d’éviter les conséquences catastrophiques des inondations lorsque les prévisions pertinentes sont prises en compte de manière appropriée et en temps utile et que les activités respectives sont mises en œuvre conformément aux conditions locales. Les dispositions prises pour informer en temps utile sur le danger d’inondation et pour former aux réactions appropriées et à l’administration des premiers secours sont des facteurs qui atténuent considérablement les conséquences.

Fig. 10. Le fleuve Pô près de Guastalla (province de Reggio Emilia) pendant le pic de crue de novembre 2000. Les maisons situées dans la zone inondée ont été construites dans le lit de la rivière en crue (Source: G. Bertolini)

Afin de réagir de manière adéquate et d’éviter la panique en cas d’inondation, il est nécessaire d’être préparé à l’avance afin que chacun sache ce qu’il doit faire.

Tout d’abord, les gens doivent savoir si les zones où ils vivent sont menacées d’inondation, ainsi que les causes possibles de celles-ci.

Deuxièmement, il est très important que les personnes vivant dans des zones à risque d’inondation souscrivent une assurance contre les inondations.

Troisièmement, il faut préparer des plans de protection individuelle contre les risques d’inondation.

Les mesures de protection personnelle comprennent:

Avant l’inondation et pendant l’alerte: 

  • une bonne connaissance des plans de protection contre les inondations ;
  • les autorités locales commencent à mettre en œuvre certains aspects des plans de protection : information de la population en danger, renforcement de la surveillance des zones à risque et rappel des signes de danger et des signaux d’alerte, etc ;
  • évaluer si vous devez sécuriser la voiture ou d’autres biens : cela peut être dangereux ;
  • si vous devez évacuer, évaluez d’abord le chemin à suivre et évitez les zones inondables ;
  • lorsque vous recevez l’ordre d’évacuer, faites-le sans délai afin d’éviter tout danger ultérieur. Il est très dangereux de quitter seul la zone menacée à un stade ultérieur ;
  • si vous avez des produits toxiques ou d’autres substances dangereuses, demandez à des experts ce qu’il faut en faire. Si vous avez le temps, stockez la peinture, les pesticides, les engrais et les autres matières dangereuses dans des seaux en plastique, hors du sol ;
  • déplacez les meubles et les appareils électriques à l’étage.

Lors d’une inondation:

  • écoutez les informations et les instructions diffusées à la radio et à la télévision ;
  • essayez de rester calme, évitez de paniquer ;
  • en cas d’inondation soudaine ou si vous pensez qu’une inondation approche de votre maison (en fonction du niveau de l’eau, de l’accumulation de nuages de pluie, de fortes pluies ou de l’emplacement de votre maison à côté d’une source), déplacez-vous immédiatement sur un terrain plus élevé sans attendre les instructions ; c’est à vous de décider ;
  • il faut se rappeler que les vallées arrosées par des sources (même s’il s’agit d’une source sèche), les canyons, les ravines et les canaux de drainage sont les endroits les plus dangereux en cas d’inondation soudaine ;
  • ne passez pas par les passages souterrains des routes ;
  • si vous êtes en vacances, vous devez connaître les conseils pertinents et vous conformer aux instructions des autorités locales. L’expérience montre que les pertes les plus importantes sont généralement subies par les touristes ;
  • si vous vous trouvez dans la zone inondée :
  • allez au dernier étage ; montez sur le toit si nécessaire ;
  • si vous êtes dans une forêt, grimpez sur un grand arbre ;
  • si vous êtes dans l’eau, essayez de vous déplacer vers une zone sèche ;
  • si vous vous trouvez dans des eaux rapides, ne vous déplacez pas à contre-courant ou avec le courant, mais en biais par rapport au courant dans la direction de la rive.

Si vous avez reçu l’instruction d’évacuer, procédez comme suit :

  • si vous avez le temps, déplacez les objets essentiels au dernier étage ;
  • coupez l’électricité, l’eau et le gaz selon les instructions (ne touchez pas aux appareils électriques si vous êtes mouillé ou debout dans l’eau) ;
  • si vous avez le temps, fermez la porte d’entrée et les fenêtres.
  • ne traversez aucune eau en mouvement ; si vous devez le faire, vérifiez la profondeur de l’eau devant vous à l’aide d’un bâton ;
  • ne conduisez pas votre voiture dans les zones inondées, et si le niveau de l’eau autour de la voiture commence à monter, quittez immédiatement la voiture et allez sur un terrain plus élevé.

Si vous devez rester dans votre maison pendant l’inondation:

  • écoutez les informations de manière continue à la radio et à la TV;
  • restez, si possible, à l’étage le plus élevé;
  • mettez tous les documents, argent, objets de valeur et médicaments les plus importants dans un sac adéquat.

Après l’inondation:

  • après l’évacuation, vous ne pouvez rentrer chez vous que si les autorités locales vous y autorisent ;
  • ne passez pas sur les routes inondées : il peut y avoir des gouffres, des nids de poule, des bouches d’égout ouvertes ou des fils électriques sectionnés. En outre, l’eau peut être contaminée par du carburant ou d’autres substances
  • faites attention aux zones où l’eau a reculé : la surface de la route peut être affaiblie et s’effondrer
  • ouvrez les portes et les fenêtres et ventilez la maison ;
  • n’allumez pas l’électricité tant que le système électrique n’a pas été examiné par un expert ;
  • examiner le système de gaz ;
  • n’utilisez pas d’eau ou de nourriture non contrôlée.

 

Dans le cadre du projet italien IONONRISCHIO, qui signifie « Je ne prends pas de risque », une carte contenant des informations utiles sur le comportement à adopter en cas d’alerte, pendant et après une inondation a été préparée et elle peut être téléchargée à l’adresse http://www.iononrischio.it/download/2018_inglese/SCHEDA_ALLUVIONE_ING.pdf.

Les cartes peuvent être géographiques, économiques ou physiques et comprennent diverses cartes météorologiques pour les précipitations, les écoulements fluviaux et les vents. L’échelle peut varier en fonction de leur objectif. Les cartes des inondations doivent permettre de prévoir les zones menacées et de planifier des mesures préventives. Il est préférable d’utiliser des cartes topographiques ou des cartes à échelle horizontale, car les données sur la hauteur au-dessus du niveau de la mer sont très importantes pour déterminer les risques d’inondation et planifier les mesures de protection contre les inondations.  Les cartes numériques combinées avec le GPS sont les plus utiles.

Au niveau des bassins fluviaux, on prépare :

  • des cartes de toutes les régions étant menacées d’inondation : Cartes de menaces d’inondation
  • des cartes de zones spécifiques où il existe un risque d’inondation : Carte des risques d’inondation

 

Les cartes des risques d’inondation, à petite et/ou à grande échelle, montrent l’étendue et les niveaux d’eau attendus d’une zone inondée selon trois scénarios : un scénario de faible probabilité ou de phénomènes extrêmes, un scénario de probabilité moyenne (avec une période de récurrence d’au moins 100 ans) et un scénario de forte probabilité.

En ce qui concerne un exemple de cartes des risques d’inondation en Italie, l’Autorité du bassin du Pô (AIPO) s’emploie depuis longtemps à identifier et à cartographier les zones inondables de l’ensemble du bassin versant du Pô. L’AIPO a appliqué une méthode simplifiée basée sur le périmètre des inondations historiques, identifiant ainsi trois scénarios d’inondation distincts : scénario de faible probabilité (période de récurrence de 500 ans), scénario de probabilité moyenne (période de récurrence de 100 à 200 ans), scénario de forte probabilité. (Fig.12.a et Fig.12.b).

Des cartes des risques d’inondation sont préparées pour les zones inondées dans le cadre de ces scénarios, indiquant la population, les activités économiques et l’environnement potentiellement menacés d’inondation, ainsi que d’autres informations qu’il peut être utile d’inclure, par exemple, d’autres sources de pollution.

Ces cartes sont utilisées pour déterminer les régions susceptibles d’être touchées par les inondations et les pertes qui peuvent en résulter. Les mesures de protection de la population et les activités à long terme visant à atténuer les conséquences potentielles des inondations sont planifiées sur la base de ces cartes.

Fig. 12.a . Carte des risques d’inondation à petite échelle d’un secteur de la plaine du Pô entre Modène et le fleuve Pô (source http://www.agenziainterregionalepo.it/). La couleur bleu foncé correspond au scénario d’inondation de haute probabilité ; la couleur bleu moyen correspond au scénario d’inondation de moyenne probabilité (période de récurrence 100 – 200 ans) ; la couleur bleu clair correspond au scénario d’inondation de faible probabilité (période de récurrence 500 ans).
Fig. 12.b . Carte des risques d’inondation à grande échelle d’une zone de la plaine du Pô au nord de Modène (elle correspond au secteur 10 de la Fig.12.a). (source http://www.agenziainterregionalepo.it/) La couleur bleu foncé correspond au scénario d’inondation de haute probabilité ; la couleur bleu moyen correspond au scénario d’inondation de moyenne probabilité (période de récurrence 100 – 200 ans) ; la couleur bleu clair correspond au scénario d’inondation de faible probabilité (période de récurrence 500 ans).

The maps of the regions under threat of a flooding cover the geographical locations that can be flooded and reflect:

  • floods that are less likely to occur or cases of unforeseen events;
  • floods with medium probability to occur /probability of second occurrence – more than 100 years /;
  • floods with high probability to occur.

On the bases of prediction on these maps, several activities with long and short term character aiming to prevent or to reduce flood consequences are planned and implemented and planes for defense are elaborated.

The maps of the regions under risk of flood show the possible negative consequences of the flood and reflect:

  • a project number of population that could be possibly affected;
  • type of economic activity in the region that will be possibly affected;
  • installations for complex prevention and control of contamination, that may cause additional contamination due to flood-caused technical failures.

On the bases of prediction on these maps the activities for protection of the damaged populayion on regional and local level, the long and short term activities are planned. An individual plan for action at flood danger for you and your family can be prepared on the bases of these maps.

You are entitled to familiarize yourself with the maps and to receive the information you require concerning danger of flood, and if a proper organization is in place, to receive such maps or excerpts thereof.

Even more – it is the obligation of every citizen to be aware of what dangers are possible in his living location. It is especially important to familiarize yourself with the map and to check whether the home you live in, the school you study in, or your work place are located in zones in danger of flood. On the basis of that you can request information for the existing protection plan and the steps you need to undertake in case of danger, during, and after a flood.

The maps are prepared, maintained and kept by the respective institutions in a country – normally these would be the Basin directorates and Civil Protection Service.

From the map you can learn about the obligation of the local authorities for prevention from flood at sudden danger from flood.

From the maps you can learn about the obligation of the local authorities for prevention from flood risk and to insist to be implemented.

From the maps on Internet you can get orientation about the existing rivers, springs, dams and other hydro technical facilities which can cause flood.

At school you can create you own map of the danger zones from flooding for the place where you live, the way to school and at school to predict and discuss what you have to do in case of flood if you are any of these places. Before going abroad with your parents on holiday you can learn from the Internet map about the existing danger from some types of floods.

We have prepared a map of the floods all over the world on the bases of “Google Maps”.

You can look at the map and decide whether there is a thread from flood for a place you wish. You may try to make a prediction about the areas threatened by flood. The icons of Google have been used. You can add to any place threatened by flood or hurt by flood: pictures, texts, drawings, videos etc. This map can connect with GPS navigator and we can exactly to the place we want – where we live, the place we will go on holiday with our parents.


View Floods Prevention – ECRP (BG) in a larger map